Mes livres, mes etagères et moi/my books, my shelves and me

SCROLL DOWN THE PAGE FOR ENGLISH VERSION!!

 Quand est-ce que j’ai vraiment commencé à lire?

Premièrement mes parents, ma mère surtout, lisent beaucoup. Petite, j’étais abonnée a plusieurs magazines, et on recevait les livres de l’école des loisirs. Mais ce qui a tout changé surtout, c’est l’événement que nous appellerons choc numéro 1. Vers 9-10 ans, (choc numéro 1), mon père nous annonce à ma sœur, mon frère et moi:

– “les enfants, vous regardez trop la télé, je la confisque”

Grandes protestations. – “mais papa!!!! qu’est-ce qu’on va faire alors?”

– “et bien allez à la bibliothèque, elle n’est pas loin, ça vous fera du bien” du genre n’essaye-meme-pas-de-marchander-ça-ne-marchera pas.

Effectivement, ça n’a pas marché, ni avec mon père, ni avec ma mère.

Nous qui avions étés berces du Cosby show, de madame est servie, de la petite maison dans la prairie (cette nelly, quelle peste!) à l’heure du déjeuner, tout ça c’était FI-NI! D’ailleurs je tiens à faire la parenthèse là dessus, je pense que la petite maison dans la prairie, bien que vieillot aujourd’hui enseigne pleins de leçons aux enfants. Petite maison dans la prairie que J’ai lu aux environs de 14 ans alors que j’étais bloquée au chalet dès le 2eme jour de ski pour cause de poignet cassé après 3/4 d’ heure de snowboard. Ou tentative de snowboard…hum…bref

Je disais donc, nelly, peste, donc me voilà partie pour la bibliothèque (et regarder la télé chez les copines).

Quelques années passent, la télé est revenue et moi j’adore les livres. Parce que les livres nous forcent à imaginer les personnages, les maisons, ce que la télé nous offre tout fait. Et moi, j’adore imaginer, d’ailleurs, j’ai une très grande imagination! Et de nouveau il y a eu un choc.

Encore un choc? Quel genre de choc? 

Alors aux environs de 13-14 ans, je lisais et relisait des livres que je trouvais géniaux du genre chair de poule, des pockets jeunesse, dont un que j’adorais particulièrement mon double et moi qui racontait une histoire super d’une fille qui s’inventait une jumelle star de rock et c’était trop bien!! Elle se teignait les cheveux blond platine, sortait avec le beau gosse de l’école, ect… Et la, mon père entre dans ma chambre.

-“ah tu lis, c’est bien! Qu’est ce que tu lis?”

-“mon double et moi

-“fais moi voir un peu? Non m…qu’est ce qu’… tu crois pas que tu es un peu grande pour ce genre de livre?

-“…?” (air d’ado attardée)

-“viens avec moi, je vais te choisir un livre”

Je le suis vers leur bibliothèque et il me tend Eugénie grandet de Balzac et me dit

“tiens, tu n’as qu’à lire ça”.

Alors je l’ouvre, et là c’est le drame. Première page et il y a des tas de mots que je ne connais pas.

De vous a moi, je n’ai pas trop forcé pour essayer de comprendre. Alors je me mets à pleurnicher pour accentuer l’effet dramatique bien sur parce que personne ne me comprend et personne ne m’aime, je suis une ado et vais me plaindre vers ma mère.

Eugénie Grandet au placard, Eugénie 0, Catherine 1.

Et plus tard, la lecture?

Oui alors là je vais passer vite fait (la blague. Vite fait, j’en suis déjà presque à 2 pages et j’ai encore pas 15 ans dans mon récit) . Le collège, on avait des lectures pour la plupart inintéressantes, lycée, un peu pareil je dirais. J’ai découvert la bibliothèque du lycée et par elle, Boris Vian, Werber, Coelho, Amélie Nothomb en philo et bien d’autres. Et puis je voyais qu’autour de moi, certaines de mes copines lisaient et d’autres pas du tout et je ne comprenais pas, ne pouvais pas concevoir qu’on ne lise pas ou qu’on aime pas lire. Il faut dire, pour ceux qui n’ont jamais lu ou lise peu, commencer avec Zola, c’est un peu rude (pardon pour les fans mais moi je dis, il faut être réaliste, c’est pas une lecture “évidente”au premier abord). Surtout l’étude des textes, qui même moi aimant lire, je trouvais ça ch…au possible.

Alors je me mets à leur prêter des livres, à les encourager, les féliciter, les conseiller. Je perds comme çà mon exemplaire de la boite noire et autre nouvelles qui ne m’est jamais revenu…

Après le lycée, quittant ma petite ville pour la capitale, des études supérieures très prenantes avec très peu de temps libre (mes camarades d’études supérieures m’approuveront là dessus). Le rythme était très intensif, beaucoup de nuits blanches (parce que j’étais sans arrêt en “charette”, jargon du métier) donc le métro servait à se reposer les yeux et puis j’avais mes copines pour discuter, quelques les sorties. Cela dit, j’avais toujours un livre dans mon sac. Et une écharpe parce que je suis très frileuse. Aucun lien, je suis fils unique (cf cite de la peur )

La lecture à l’époque, oui, je lisais un peu quand même, c’était souvent des romans girly/amour genre l’accro du shopping, ou les Marc Levy. Des romans sympa mais légers, qui ne requièrent pas trop de questionnement.

De temps en temps je lisais des classiques, les liaisons dangereuses, des histories de Théophile Gauthier, Maupassant ( la peur, une de mes livres préféré!!!). J’ai essayé, je dis bien, essayé la peau de chagrin de ce cher Balzac. Mon père (oui encore lui) m’avait dit “tu verra, il faut passer les 50 premières pages et ensuite c’est très bien!”. 50…je m’accroche….60….je persévère…70…toujours rien. J’abandonne!!!!!!!! Et c’est rare que je laisse tomber un bouquin! Poil de carotte, j’ai souffert, mais je l’ai fini!

Et de temps en temps, sans savoir pourquoi, j’avais des blocages de lecture. Un pas envie, autre chose en tête. Moi qui adore lire, je n’ai jamais su pourquoi.

Maintenant?

Alors oui depuis maintenant quelques années, mes lectures sont constantes.

Je vis en Angleterre depuis 2 ans ½ et je travaille à 1h30 de chez moi (dont 1h de train donc 2h au total par jour) ce qui me permet de lire plein de livres et j’adore ça! Même si c’est parfois très difficile de se concentrer et de ne pas hurler sur les gens qui font du bruit, parle fort au téléphone, les enfants qui crient, la musique de certain trop forte, les annonces du train “this train is the service to…” à chaque arrêt, avant et après chaque gare…Parfois je vous assure, j’ai vraiment envie de me lever et de hurler “ MAINTENANT CA SUFFIT! TOI LA BAS, TU BAISSES TA MUSIQUE, TOI LA, TU VA TÉLÉPHONER DANS LES TOILETTES, TOI TU T’EN VA PARCE QUE TU M’ENERVES A TAPER SUR LA TABLE!”. Que je suis gentille à l’intérieur…Ou alors, j’ai envie de tenter la technique du Je-lis-a-voix-haute. De me lever et de me pencher au dessus des gens bruyants et de commencer ma lecture.  Sauf que lorsqu’il s’agit d’un livre en anglais, je n’ai pas assez confiance en moi pour la prononciation ou alors, pas envie de lire à voix haute certains éventuels passages scabreux. On ne sait jamais. Y en a qui pourrait prendre ça pour une invitation. Vous imaginez?

Mais n’allez pas croire, je ne suis pas “intolérante” contrairement à ce qu’un certain collègue me dit. Il est vrai que si je dois me concentrer (et la lecture fait partie, pour moi, d’une activité qui requiert de la concentration), et que quelqu’un à côté de moi siffle ou tape sur la table, clique des doigts ou froisse son journal et ben moi, je peux pas me concentrer. C’est moi ou bien? Allez, je suis sûre qu’il n’y a pas que moi!!

Alors est-ce que je vais pouvoir trouver le temps pour ce blog?

Hahahahahaha

-Non mais, sérieusement?

Ha.

Ha.

Bon ok. Alors pour ce blog, mais oui je trouverais le temps. La chose étant que je dois être un peu cinglée et que cela fait plusieurs années que j’écris après chaque livre, dans un petit carnet toujours dans mon sac (avec le livre et l’écharpe si vous suivez bien. Du coup mon sac est gros. Mais moins que Mary Poppins, dans le mien on ne trouve pas de lampadaire), le résumé du livre, mes impressions, mon avis. Déjà à l’époque du lycée j’écrivais sur des fiches le titre des livres lu et la mention “bien, bof, pas bien”. D’où le fait que dès l’ouverture du blog on se retrouve déjà avec des lectures datant de 2012, 2011…

Les posts ne seront peut être pas toujours très réguliers et il va me falloir du temps pour écrire tout ce que j’ai dans mes carnets. La difficulté également est de tout traduire pour nos amis britishs. Un de mes slogan dans la vie “pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué”….

Et puis après tout, “je suis une artiste”

(cf Anthony Kavanagh)

My books, my shelves and me

When did I start reading?

Well first, my parents are great readers (my mum the most). So, young, I received some magasines for kids, books for kids with a sort of club name “L’ecole des loisirs”.
But what change everything was what I will call choc number 1. So I was 9-10 (choc number 1) when my dad told us, my sister, my brother and me :

-“kids, you watch too much of tv, that’s enough, I am going to take it
away”
Big protest. ” Dad!!!!!What are we supposed to do then?”
-“well, go to the library, it is not far, it will do you some good” on a tone like don’t-even-try-it-won’t-work.
Indeed, it didn’t work, neither with my dad or my mum.
So us who had been raised with the cosby show, who’s the boss, the little house on the prairie (nelly, what a bitch!) at lunch time, all of it was over. By the way, I would like to
say that it is a serie that teach a lot. Although it is old but the moral is still true nowadays. Little house on the prairie that I read when I am about 14 as I was stuck in the chalet the 2nd day of ski after breaking my wrist the first day after 45 minutes of trying snowboard…
hum…

So anyway, I was saying, nelly, bitch, so here we go, I go to the library (and watch tv at some girl friends’). Years pass, the tv is back and me, I love books. Because books force you to imagine the characters, the houses, that tv gives you straight away. And me, I love imagining, I have a great imagination! And again, another choc.

A choc? What kind of choc?

When I was about 13-14, I was reading and re-reading books that I loved at the time from the collection goosebumps, or teen books and one I loved my double and me  was the story of a great story of a girl who was inventing a twin sister who was a rock star and it was great!!! She dyed her hair bright blond, was going out with a gorgeous guy, ect…And there, my dad enters in my bedroom.

-“oh you’re reading, that’s good! What are you reading?”
-“My double and me”
-“Show me? But..what is t…don’t you think you are a bit old for that
sort of book?”
-“…?” (look of a typical retarde teenager)
-“come with me, I will choose you a book”

I follow him to their bookshelf and he hands me Eugenie Grandet by Balzac (french classic)
and says

-“here you are, you can read this one”

From me to you, I didn’t really tried to understand. So I open it, and it is the drama. First page and there are loads of words I don’t understand.
So I start to cry to accentuate the dramatical effect of course because nobody understands
me and nobody loves me, I am a teenager and I go to complain to my mum.

Eugenie Grandet to the closet. Eugenie O, catherine 1.

And later on, reading?

Yes, so there long story short (the joke, I am at nearly 2 pages and I am not even 15 in my story). Secondary school, we had some reads but they were not great, college a bit of the same I would say. I discover the library at college and with it Boris Vian, Werber, Coehllo, Amelie Nothomb in my philosophy course and many others (sorry folks again authors you might not know).
And then, I saw that around me many of my friends were not reading outside school and I couldn’t conceive people don’t like reading. In their defence, for the ones who are not used to read, starting with Zola (french classic) is a bit harsh (sorry for the eventuel fans but I say, let’s be honest here, it is not an easy read). Especially the studying of the texts we had a school, I thought it was bor… and I love reading!

So I start to lend them my books, to encourage them, congratulate them, advise them.
I loose that way one of my book because it never came back…

After college, I leave my home town for the city! My superior studies very intensives with very few time for leisure ( my friends will approve of that, well the ones who were with me). So very intensive then, a lot of sleepless night because I had work to finish so the tube was there to have a rest and I had my friends to talk to. Mind you I always had a book in my bag. And a scarf because I am always cold. No link in between, scarf-book, book-scarf.

Reading at that time then yes, it was often girly/love story reads like by Sophie Kinsella or other books like that. Easy read, nothing requiring too much thinking.

From time to time I would read a classic, les liaisons dangereuses (that inspired Cruel intention the movie except that the book is situated in like victorian times or before and the end is not the same), some stories from Theophile Gauthier, Maupassant (la peur = the fear by Maupassant, one of my favorite book). I tried, I insist, tried to read la peau de chagrin by Balzac. My dad (yes, him again) told me “you’ll see you got to get through the first 50 pages and then it is really good!”. 50, I hang on…60…I keep on…70…still nothing. I give up!!!!!!!!It is rare that I give up a read! Poil de carotte, I suffered finishing it but I did it!
And from time to time I suffered from reading blocked.
A don’t want to. Something else on my mind. Me who love reading, never knew why.

Now?

Well, for a few years now my readings are quite constant. I live in England for about 2 and half years now, work at 1.30 hour from my house (in which 1h in the train so 2h per day) and that allows me to read a lot and I love it!Even if it is sometimes very difficult to concentrate on the train and to not sscream at people who are noisy, talk really loud on the phone, shouting kids, music too loud, the train announcement “this train is the service to…”at each stop, before and after…Sometimes I promise you, I really want to get up and scream “THAT’S ENOUGH NOW! YOU THERE, PUT YOUR LEVEL MUSIC DOWN, YOU THERE GO TO PHONE IN THE TOILET AND YOU OVER THERE, GET OUT BECAUSE YOU GET ON MY NERVES BANGING ON THE TABLE!”I am so nice inside…Or I want to try the technic of reading out loud. The only thing is that first I am not confident enough about my pronounciation and secondly, there are sometimes in the book some moments that it is best to not read out loud like sexual stuff. So might take that for an invitation. You imagine?

But don’t think that I am intolerant. On the contrary of what one of my collegue thinks.
It is true that when I need to focus on my reading ( and I think that reading recquire concentration), if I have someone sitting next to me whistling, tap on the table, click their fingers or crumpling the newspaper, well, I can’t concentrate. Is it me? Come on, I am sure I am not the only one!!!

So, will I find the time for this blog?

Hahahaha
-no, but seriously?

Ha

Ha.

All right. So for this blog, of course I will find the time. The thing is I am a bit mad and it has been a few years now that I write for my own self reviews with my opinion, the short story of the book in a little note book that I always have in my bag (with the scarf if you remember. That’s why my bag is big and heavy. But smaller that Mary Poppins’ one because I don’t have a floor lamp in mine). Already in college, I was writing down the name of the book and a “good, so so, really good” next to it. Therefore, that’s why you can see in the list
some reading from 2012,2011..
The articles might not be always regular and it is going to take me some time to go through
all the notebooks I have. The difficulty as well is to translate everything for you, my english friends.

One of my catchphrase is “why doing simple when you can do complicated”.

And after all, I am an artist!

(this is a reference to a french canadian comedian, Anthony Kavanagh who is really funny
and in one of his show he was imitating an artist full of himself saying “I can’t work in these conditions, I am an artist!” which, if you didn’t see it might not seem funny but believe me, it is)

14 thoughts on “Mes livres, mes etagères et moi/my books, my shelves and me

  1. Dynamisme, humour, quelques points communs dans le parcours, je suis ravie de découvrir ton blog. Et non seulement, je vais trouver des livres mais je vais peut-être faire des progrès en anglais.

    • Merci! Le plaisir est reciproque. Bienvenue sur mon blog! Des points communs dans le parcours? Je suis curieuse dis moi lesquels! J’ai vu que la lecture t’est venue surtout avec le monde de sophie ( que j’ai dans ma pal d’ailleurs), cela doit etre alors un livre tres influent, en tout cas pour toi il l’a ete j’imagine.
      Pour les progres en anglais, ca depend. Si tu lis mes traductions (qui doivent etre bourres de fautes) je ne suis pas sure. Si c’est en lisant un livre que je conseille de lire en langue originale alors oui surement! L’avantage que j’ai ici c’est d’avoir les livres en anglais avant leur traduction en francais et ca c’est pratique!

  2. Trop drôle ta présentation! Je suis complètement d’accord avec toi sur le fait que découvrir la lecture avec Balzac ou Zola, c’est des coups à fuir, alors qu’un bon chair de poule… 😀 Moi aussi j’ai perdu des bouquins à force de les prêter mais je continue quand même, je ne peux pas m’en empêcher. La différence c’est que désormais, j’essaie de tenir à jour une liste (j’essaie). Bienvenue sur la blogo et longue vie à tes étagères. 🙂

  3. Héhé…je t’ai tagué… 🙂 Parce que tu m’a bien fait rire avec ta présentation et que j’ai envie d’en savoir encore plus! A bientôt

    • Haha merci! Je ne vais pas y repondre tout de suite (parce que je suis tres en retard sur mes chroniques) mais des que c’est fait, je te tiens au courant 😉

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s