To kill a mockingbird by Harper Lee

Sorry English readers, the English version is to come but not just yet!!!

Pages : 320

Langue originale/Original language :Anglais /English

Obtenu/got : Kindle

Lu en/ Read in: Anglais /English

English Title : Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur

Couverture francaise :

Ne tirez pas 2

Lecture commune avec Lydie, Bianca, La Belette, Christel et Marjorie

Mon appréciation :

Beaucoup aimé.

L’histoire en bref :
Scout et son frère Jem font les 400 coups accompagnés de Dill, le neveu de Miss Rachel. Et un été en particulier, l’objectif est de faire sortir Boo Radley de chez lui. C’est pas son vrai prénom mais comme on le voit jamais dans la ville, il est devenu comme un fantôme et des tas d’histoires circulent sur lui.
Un autre été est marqué par un procès où Atticus, le père de Scout et Jem, va défendre Tom Robinson, ce qui ne plait pas à la ville de Maycomb, certains disent même que c’est un scandale… N’a-t-on jamais vu un blanc éduqué et respectable de la ville défendre un noir?

Mon avis :

De ce livre, je savais qu’il était bien, voir un coup de cœur pour beaucoup. Mais quand à l’histoire, j’étais restée imperméable mis à part le fait que je savais qu’il y avait quelque chose par rapport au racisme vis à vis des noirs. Effectivement, situé dans les années 30 en Alabama, l’opposition blancs/noirs est à son comble.
J’ai mis un peu de temps a rentrer dans le livre car le début m’a confuse un peu à cause de l’énumération des personnages : qui était Scout et qui était Jem et Atticus et tout ça. Il m’a fallu plusieurs pages pour comprendre que Scout est une fille de 7 ans, qu’elle est garcon manqué et suit partout son frère Jem, de quatre ans son ainé. Ils sont tous deux élevés par Atticus, un homme bon, avocat, qui lit beaucoup et qui du haut de son grand âge ( grand âge selon Scout) fait de son mieux pour être droit dans son coeur et montrer le bon exemple à ses enfants. Il est aidé par leur bonne noire et instruite, Calpurnia.

Il est impossible à mon avis de ne pas s’attacher à cette famille, de voir Jem grandir et prendre le temps de réfléchir à la vie, Scout qui s’interroge elle-même et nous offre son regard curieux, se reposant sur les adultes pour répondre à ses questions. Atticus est émouvant également car loin d’être un père conventionel et détaché, il guide ses enfants, les protège, tout en les laissant libres de découvrir certaines choses de la vie.
J’ai trouvé que l’histoire était un peu longue à démarrer. On ne s’ennuie pas, loin de là, mais je ne comprenais pas forcément où ça allait mener surtout si on ne connaît pas le résumé. Le mieux pour les impatients c’est de se laisser bercer par l’enfance de Scout et d’attendre que tout le puzzle se mette en place par ce qu’il va s’y mettre! A partir de la deuxième partie, le livre va en crescendo jusqu’à la fin qui ne vous décevra pas.

Et le racisme dans tout ça? Il est toujours en toile de fond tout au long du roman, si ce n’est au premier plan à certains moments. D’autre part, Boo Radley est sans cesse le rappel de cette personne vivant en reclus, qui ne s’intègre pas à la vie sociale parce qu’il ne le souhaite pas, qui intrigue, nourrit les ragots et fantasmes des petits enfants et incarne la solitude. Il est la comme l’innocence qu’il faut préserver à l’opposé tout ce qu’il y a de nocif dans la societé et chez l’homme. L’histoire m’a émue, surtout la partie du procès qui était très intense.
Dans l’ensemble une très bonne lecture quand bien même ce ne fût pas un coup de cœur pour moi ça l’a été pour plusieurs de mes co-lectrices. Un livre
Si vous avez aimé ce livre, vous aimerez sans doute a couleur des sentiments ou encore Les beignets de tomate verte ou  la vie secrète des abeilles .

Advertisements

14 thoughts on “To kill a mockingbird by Harper Lee

  1. Exactement mon sentiment. malheureusement mon homme s’est arrêté au bout de quelques pages, rebuté par, justement, tous ces personnages non-présentés; J’ai bien essayé de kui dire que c’était la narration d’une petite fille, qu’on est dans sa tête, que tout se met en place petit à petit, mais ça n’a pas pris. Du coup on va se rabattre sur le film 🙂

    • Je peux comprendre effectivement. Parfois, y a rien a faire, quand ca passe pas ca passe pas! Je ne sais pas ce que donne le film mais peut etre que ca lui donnera envie de reessayer et il verra qu’il n’y a pas tant de personnages que ca, c’est juste le debut comme tu le dis.

  2. Tu n’es pas la première à faire le parallèle avec La vie secrète des abeilles. JE suis de plus en plus intriguée par ce titre.
    Merci pour cette lecture commune, nous avons décidément beaucoup de chance dans nos choix de livres… Encore un beau succès !

    • Il n’y a pas de mal a ca! Chaque livre ne peut pas plaire a tout le monde, ca m’est arrive tant de fois! On se sent un peu idiot au debut, se demandant si ca vient de nous ( enfin, je parle peut etre que pour moi) et puis en fin de compte, on ne peut pas tous etre touches par les memes choses. Qu’est ce qui t’a “deplu” ou qui a fait que tu n’as pas aime tant que ca?

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s