Bellman and Black by Diane Setterfield

SCROLL DOWN FOR ENGLISH VERSION !!!

Pages : 328

Langue originale/Original language :Anglais /English

Obtenu/got : Kindle

Lu en/ Read in: Anglais/ English

Titre français: L’homme au manteau noir

Couverture française :

ACH003608331.1415681706.150x200

Mon appreciation :

Vraiment très déçue. Que s’est-il passé Diane?

L’histoire en bref :

William Bellman a 10 ans et il a une catapulte à main du tonnere qui fait des jaloux auprès de ses copains. Un jour, il leur parie qu’il arrivera à toucher l’oiseau (pas n’importe lequel, le corbeau freux ou appelé aussi la corneille moissonneuse). Et alors que la pierre va atteindre l’oiseau, William voit ce moment au ralenti, voit s’écouler les millièmes de secondes où il aurait pu faire quelque chose et effrayer l’oiseau pour qu’il s’envole mais il n’en fait rien, la pierre atteint l’oiseau qui tombe, mort, sur le sol.

Ce moment clé va hanter William toute sa vie entière et toujours, ces corbeaux semblent le suivre, le regarder et ne jamais être loin de lui.

William grandit et la vie lui sourit. Il épouse la femme de sa vie, a des enfants, un mariage heureux, du succès dans son métier, jusqu’au jour de la grande grippe qui va sevir partout en Angleterre. Un voile noir tombe alors sur la vie de William qui va pactiser avec l’homme au manteau noir. Le magasin Bellman and Black est né. Un magasin comme vous n’en avez jamais vu, dont l’associé, Mr Black,  est si mystérieux, que personne à part Bellman, ne l’a jamais vu.

 

Mon appreciation :

Dans les grandes lignes, ce livre à l’air sympa et je l’attendais avec tant d’impatience! Au moins 4 ans, depuis que j’avais refermé le treizième conte que j’avais adoré et devoré.

Malheureusement, ce roman n’a pas pris pour moi.

Oui c’est bien écrit mais je m’attendais à être envoutée par cette nouvelle histoire et je ne l’ai pas été. La vie de William est ponctuée par des entre-chapitres sur les corbeaux et parfois, j’avoue, ca me passais un peu au dessus. J’étais constament en attente. Je lisais, je me disais que c’était pas mal mais en attendant le décollement de l’histoire…sans qu’il vienne.

L’histoire en elle même comme je l’ai dit, en théorie, est attirante mais dans la pratique, le “suspens” met du temps à arriver et puis la fin est troublante. Je n’étais pas sure d’avoir bien compris, voulais revenir en arrière mais sur Kindle on ne peut pas sans savoir exactement où chercher. Cette homme en noir, est-il ce qu’on croit qu’il est? Alors ce pacte, c’était quoi? Finalement, c’est plus au lecteur de tirer des conclusions car elles ne seront pas exprimées clairement…au cas où vous les chercheriez (en tout cas je les ai pas vues/lues).

Pour autant, on ne peut pas fauter Diane Setterfield pour ses superbes descriptions et ses recherches. Le magasin Bellman and Black, un magasin specialisé sur la mort et tout ce qui s’y rapporte. Vous cherchez des habits de deuils, des couturières à domicile qui vont même jusqu’à coudre pour vos servantes, des objets, des cadeaux à faire aux gens qui ont perdu quelqu’un, un cercueil, tout absolument tout se trouve chez Bellman and Black. Toutes les nuances de noir y sont présentes et c’est je crois la partie que j’ai préféré du livre. Toutes ces descriptions si vivantes dans cet univers de mort (un comble!), ces nuances de noir effectivement auxquelles on ne pense pas ( les noirs bleutés, les noirs plus rouge, ect), la mise en place et préparation de ce magasin, tous ces détails, c’était très intéressant.

Alors quand on sait si bien écrire et conter, pourquoi le conte n’est-il pas à la hauteur? Diane revient et emporte moi comme avec ton premier bouquin!

 

 Bellman and Black by Diane Setterfield

bellman

My liking :

Very disappointed. Diane, what happened?

The story in short :

William Bellman is 10 and has a hand-held catapult that is so awsome that all his friends are jaleous. One day, he gets to bet that he will touch the bird in the tree ( and not any bird, a rook). And as the stone that he carefully chose is about to get the bird, William think of stopping the time, or going back or missing it or even scaring the bird but he doesn’t do anything and the stone gets the bird, which falls on the floor, dead.

That day will be set in all of William’s life. Always, rooks will never be far and observe him.

William grows up and life is kind with him. He marries the woman of his life, has kids, has success in his job, everyting-is-fine. Till the big flu that killed so many people in England. A black veil falls on William’s life and one night, he will make a pact with the man in the black coat that he sees regulary. Bellman and Black is born. A store like nothing you have even seen in your life, of which the associate, Mr Black is so mysterious that no one has ever seen him except Bellman.

My opinion :

In the big lines, it seems quite a good story and I was so impatient to read it!
At least 4 years since I closed the thirteen tale that I loved so much.

Unfortunately it didn’t quite work for me.

Yes it was well written but I was expecting to be under the spell like with her

I said, in theory it seems a good story but in reality the plot took a very long time to settle and the ending wasn’t very clear. I wasn’t sure I understood the ending, wanted to come back but couldn’t because on the Kindle if you don’t know where to look it is pointless. This Mr Black, was he who I tought he was?And this pact, what was it? In the end I think it is more down to the individual to draw conclusion as there won’t be really the answer you are looking for (well I least I didn’t).

But for all the downs, we can’t fault Diane Setterfield’s writing, the superb descriptions and her researches. The store Bellman and Black’s, a store dedicated to death and everything in relation with it. Anything from small articles to have a seamstress coming to your door and sewing for all the family including the staff, presents to make to someone in mourning, everything is there. All the differents blacks you can think of, a bit more blue, a bit more red, all the setting of the store and the details were really interesting to read. I think it was actually my favorite part.

So when someone can write so well and tell tales so well, why the tale is not up to her previous standard?Diane, come back and take me with you like you did in your previous novel!

Advertisements

9 thoughts on “Bellman and Black by Diane Setterfield

    • Si tu n’as pas lu le premier, je conseille definitivement le treizieme conte d’abord. Et si tu l’as deja lu alors note celui ci dans un coin (car d’autres ont forcement aime) et s’il croise ta route qui sait!

  1. She is a lovely writer. I didn’t dislike this but I wouldn’t say I loved it – like I did with The Thirteenth Tale – it must be tough writing a follow up novel to such a well regarded book!
    Lynn 😀

    • She is indeed that’s why I won’t hold it against her because as you say, it must be really hard especially when everyone is waiting for it for so long. I didn’t disliked it either, just far far less enjoy than the first 🙂

  2. Bonjour, je crains, hélas, et sans aucune arrogance, que vous n’ayez rien compris à ce livre, que je connais presque par coeur puisque c’est moi qui l’ai traduit. C’est un roman très subtil, qui peut en effet se lire au premier degré (et peut alors, je le conçois, décevoir), mais qui recele une profondeur véritable. Je vous laisse lire cette critique, qui plus qu’une critique en réalité une véritable analyse. J’espère qu’elle vous fera changer d’avis sur Bellman & Black…
    Amicalement,
    Carine Chichereau
    http://www.purplecar.net/2013/11/review-bellman-black/

    • Effectivement, j’ai lu la revue dont vous avez mis le lien et je dois dire que oui, je suis completement passee a cote.
      Je l’ai lu comme vous l’avez dit, au premier dregre, le degre du “grand public”. Or d’apres ce que dit Christine Cavalier, ce roman est beaucoup plus profond que cela et la premiere erreur en etant ce que je croyais etre le theme principal, la mort alors que c’est a propos du deuil. Je comprends maintenant plus certains passages du livres et y vois mes erreurs (ou manque)d’interpretations. Merci de m’avoir eclairee en tout cas car j’aime beaucoup cette auteure et me sentais vraiment decue apres ce deuxieme tome et comme je l’ai dit, je me demandais vraiment ce qu’il s’etait passe. Je regrette de ne pas l’avoir lu de cette facon. Peut etre n’etait-ce pas le bon moment. Ou je m’attendais trop au schema de son premier livre. Je le vois la maintenant apres avoir lu ce que vous m’avez envoye mais j’etais trop impatiente et peut etre trop impermeable a ce moment la pour percevoir tout ce qui se cache derriere l’histoire.

      J’avais lu d’autre part que ce livre etait une ode a Dickens contrairement au premier qui etait une ode a Bronte. Et j’avoue ne pas connaitre assez Dickens pour y voir une ode.
      J’ai lu dans votre commentaire sur la critique (d’ailleurs vous avez raison, il s’agit d’une analyse et non une critique) de C. Cavalier que vous meme cela vous avait aide a voir plus de subtilites et les choses que vous aviez manque. Est-ce qu’apres avoir lu cette analyse vous voudriez changer quelques parties de la traduction (un mot plutot qu’un autre ou une tournure)? Je n’ai pas lu la traduction francaise mais votre avis m’interesse car j’imagine qu’il faut, pour des livres comme celui-ci ou des classiques par exemple acquerir une bonne comprehension du livre pour en faire une traduction aussi proche de la version originale que possible en conservant le style et les subtilites.
      Merci encore, j’ajouterai une note a la fin de mon article pour expliquer tout ceci.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s