The kite runner by Khaled Hosseini

SCROLL DOWN THE PAGE FOR ENGLISH VERSION!!

Pages : 324

Lu en /Read in: Anglais/English

Langue originale/Original language: English

Obtenu/Got: Charity shop

Titre français / french title : Les cerfs-volants de Kaboul

Lecture commune avec la tête dans les livres (sa chronique ici)

Couverture française :

kaboul

Mon avis :

Un coup de coeur. Lecture très éprouvante mais magnifique.

L’histoire en bref :

Amir vit avec son père Baba et leurs servants, Ali et Hassan, à Kaboul. Ali a été adopté par le père de Baba, sa femme l’a quitté après avoir mis au monde Hassan et les deux garçons ont grandi ensemble. 

Amir aime bien Hassan mais en a un peu honte et de son côté Hassan voue à Amir une dévotion et une amitié incommensurable. Malheureusement, un évènement va changer le cours de leur vie et ce n’est que des années plus tard qu’Amir va avoir l’occasion de se racheter.

Mon avis :

Alors voilà un coup de cœur pour moi sur lequel j’aimerais vous dire tant de choses mais je ne peux aller trop dans les détails pour ne rien gâcher de votre lecture.

Tout d’abord un petit aparté, notre lecture commune : on avait prévu de lire ce livre et moi j’avais acheté également mille soleils splendides qui est en grand format. Je ne sais pour quelle raison, pendant plusieurs semaines précédent la lecture commune, je regardais le grand format me disant que bientôt je le lirais. Et puis vient le moment de faire notre lecture, j’emporte le grand format dans mon sac, je lis et puis après 50 pages, j’ai un doute: c’était celui là ou the kite runner? Vite vite je vérifie dans mes notif….merde! C’était pas celui là quelle idiote! On efface tout et on recommence!

Voilà, revenons en à l’histoire.

Magnifique.

C’était mon premier (hum…premier disons, premier entier) de Khaled Hosseini dont j’avais entendu tellement de bien alors je fermais mes écoutilles et je me fiais à mes sentiments. Et quelle découverte! L’Afghanistan d’avant comme on ne peut pas la voir aujourd’hui mais que j’ai découvert émerveillée avec ses grenadiers, ses batailles de cerf-volants, sa neige en hiver! On sent la nostalgie de l’auteur tout comme Amir et tous les Afghans qui ont connu la paix la ressente. L’arrivée des Talibans a tout changé. Le contraste est tellement marqué qu’on se demande s’il s’agit du même pays. La paix contre la terreur et les horreurs. Hosseini sait parfaitement vous plonger dans l’univers du livre, un univers qu’il a lui même vécu dans son enfance.

Il y a également la religion, les coutumes que l’ont découvre, en tout cas pour ma part c’était une découverte. Ici Baba suit sa version de la religion. Loin des clichés ou des généralisations que l’ont peut croire ou entendre vis à vis des médias.

Il s’agit d’un roman d’amitié, de sacrifices, de culpabilité, d’espoir et de pardon.

L’amitié qu’Hassan porte à Amir est sans limite et cela va vous fendre le cœur. Attendez vous à avoir la larme à l’œil assez souvent comme cela m’est arrivé. Ce petit garçon et plus tard cet homme qui avait tout compris et qui malgré tout, aimait et pardonnait sans compter. J’ai adoré Hassan. Ali et Hassan sont des Hazara ( peuple qui parle Perse et vit dans le centre de l’Afghanistan) et sont considérés comme “inférieurs”. C’est une des raisons pour lesquelles Amir en a honte.

Amir quant à lui est un petit garçon de 12 ans qui est trop jeune pour vivre certaines choses. Il a évolué dans une belle maison, avec un serviteur/ami qu’il rejette et aime à la fois car il voudrait être le seul à bénéficier de l’amour de Baba qui traite les garçons presque à égalité. Il est gaté, capricieux. Mais il a perdu sa mere qui est morte en couche et a le sentiment de l’avoir tuée et de l’avoir “volée” à son père. Il est alors prêt à tout, même au pire pour que son père le regarde et en portera la culpabilité une grande partie de sa vie. Faire des erreurs est humain. Apprendre à vivre avec et faire en sorte de rétablir les choses, c’est une des leçons du livre. Personnellement je n’en ai pas voulu à Amir. Qui peut dire avec certitude ce qu’on aurait fait à son âge à sa place? Ce n’est pas forcément notre réaction sur un moment donné qui compte (surtout quand on est jeune), mais notre réaction après, même des années passent entre temps.

Il y a plusieurs passages difficiles à lire. Difficiles car terrifiants par leurs horreurs, leur violence et significations, des personnages redoutables qu’on ne voudrait croiser sous aucun prétexte. La pauvreté, la désolation, la peur et même la terreur des habitants de Kaboul. Le livre est très réaliste et c’est ce qui donne toute la puissance à l’histoire. Rien n’est romancé, on est à peine épargné en tant que lecteurs des détails sordides et à l’opposé, il n’y a pas non plus d’optimisme surréaliste comme il y en a dans d’autres livres. Ici l’auteur vous dit les choses telles qu’elles sont. La route est longue et sinueuse mais l’espoir est là, à nous de le saisir.

Ce sont à cause de tous ces sentiments suscités en moi lors de ma lecture, en y incluant les passages difficiles qui me font mettre ce livre en coup de cœur. Il m’a tellement bouleversé qu’il va sans aucun doute rester très longtemps avec moi.

The kite runner by Khaled Hosseini

kite

My liking :

Loved it. One of my favorite this year, beautiful.

The story in short :

Amir lives with his dad Baba and their servants, Ali and Hassan in Kaboul. Ali was adopted
by Baba’s father and his wife left him with his son shortly after the birth and the two boys grew up together.

Amir likes Hassan but is a bit ashamed of him and Hassan himself worship Amir with a limitless love and friendship.
Unfortunately an event will change everything and it is only many years later that Amir will be able to “be good again”.

My opinion :

A big whaw for this book on which I would like to tell you so much but I can’t to not spoil everything.

But first, a little story. I was reading this book with la tête dans les livres. I bought at the same time( or not far appart)  a thousand splendid suns in hard back. So for a few weeks preceding the read, I was looking at the hard back thinking I will read it soon (thinking for the common read). So time to read the book, I take the hard back, start to read 50 pages and think : “was is this one or the kite runner?” quick quick I check my notif…shit! I started the wrong book what a donut! Let’s start again.

So back to the book.

Beautiful.

It was my first, well, entirely read book by Hosseini. I had heard so much about his books
that I shut down and listened to my own feelings. And what a discovery! Afghanistan like we are not able to see it today with its pomegranate trees, its kite competitions, its snow in winter! We can feel the nostalgia of the author like Amir will feel and all the other Afghans who knew peace. The Talibans changed everything.The contrast is so strong that we even wonder if it is the same country. Peace against terror and horror. Hosseini knows perfectly how to immerse you in the universe of the book that he lived himself in his childhood.

There is as well the religion, customs that we discover, or at least that I discovered. Here Baba follows his own religion, far from the clichés or generalities that media makes us believe.

This book is about friendship, sacrifices, guilt, hope and forgiveness.

Hassan’s friendship towards Amir is limitless as I said and it will break your heart. Be aware of feeling emotionnal many times in the book like I was. This little boy who understood everything and despite that he loved and forgave without counting. I loved Hassan. Ali and Hassan are Hazara (Afghans who speaks Persian and live in the center of Afghanistan) and are considered sort of “inferiors”. That’s partly why Amir is ashamed of Hassan.

Amir is a 12 years old, too young to go through some of the things in the book. He grew up in a nice house with a servant/friend who he loves and reject him at the same time because he would like to be the only one for Baba who treats the two boys nearly equally. He is spoilt and throws tantrums. Amir’s mum died in the delivery and Amir carries the guilt of thinking he killed his mother and “stole” her from his dad. So he is ready to do anything, even the worst for his dad to look at him and he will carry the guilt a big part of his life. Making mistake is human. Learning to live with you mistake and try to make things good is one of the lesson of the book. Personnally I wasn’t resentful to Amir because who can say that at his age they wouldn’t do the same? It is not necesseraly our actions on the moment that counts, but the way we react afterwards, even if many years have passed.

There are many difficult moments in the book. Difficult to read because of their horror,
their violence and significance, characters that you never ever want to meet in you life.
Poverty, desolation, fear and terror of the inhabitants of Kaboul. The book is very realistic
and I think this is mainly what makes is so powerful. Nothing is said in a good way,
we are barely spared the horrible details and on the opposite, there no unrealistic optimism
like you can have in other books. Here the author tells you things as they are. The road is long and twisted but hope is there, it is down to you to seize it.

It is because of all the feelings I got while I was reading the book, including the hard moments that make of this book one of my favorite. It really upset me and will live with me for a long time.

Advertisements

14 thoughts on “The kite runner by Khaled Hosseini

  1. J’ai lu ce matin, l’avis de La tête dans les livres. Vos avis sont si enthousiastes que je ne peux passer à côté de ce roman (que j’avais déjà noté sur mes tablettes).

    Merci beaucoup pour ton avis !

    • Oui oui et reoui!! Personnellement en plus au depart pour tout t’avouer, un livre sur l’Afghanistan ca ne m’attirais pas plus que ca ( y a des pays comme ca…) et puis j’en entendais tellement parler que je me suis dis qu’il fallait que je me lance et vraiment je ne le regrette pas!!! J’espere qu’il t’enthousiasmera tout autant!!

  2. Ohh la couverture anglaise reflète tellement bien le moment clé du livre!! C’est vrai qu’en tant que lecteur on n’est pas vraiment épargné par l’auteur… Une très belle lecture en tout cas!!! 🙂

  3. Contente de voir que tu as été sous le charme toi aussi ! Très belle lecture très touchante ! Il me reste Mille soleils splendides à lire.

    • Oui moi aussi du coup! Apres l’avoir commence il faudra que je le finisse mais je sais que je vais aimer alors je vais laisser passer un peu de temps pour savourer

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s