Call the midwife by Jennifer Worth

SCROLL DOWN THE PAGE FOR ENGLISH VERSION!!

Pages : 333

Lu en /Read in: Anglais/English

Langue originale/Original language: Anglais/English

Obtenu/Got: acheté en charity shop / bought in a charity shop

Titre français/French title : Appelez la sage-femme

Couverture française:

imagesCAFLWOHA

Mon appreciation :

Vraiment beaucoup aimé. A la limite du coup de cœur.

L’histoire en bref:

Autobiographie de Jennifer Worth (née Lee) quand elle était sage-femme dans l’Est de Londres dans les années 50.

Jennifer a 23 ans et elle travaille dur toute la journée entre visites à domicile, soins prénatals, ect…

Elle nous emmène dans ces quartiers où les gens vivent à 10 dans un deux pièces, toilettes extérieurs et communs par palier le tout teinté de fog ( fameux brouillard de Londres du a la vapeur), l’univers des docks (quais du port marchant) et le parlé Cockney.

Mon avis:

Je vous présente ici un livre tout à fait différent de ce que j’ai l’habitude de lire et que j’ai beaucoup aimé. J’avais ce livre dans ma PAL depuis très longtemps mais vous savez ce que c’est, j’attendais le bon moment et puis mes autres livres semblaient me faire de l’œil. Ce n’est de toutes les façons pas un livre qu’on lit pour se divertir (malgré les passages amusants). On y apprend beaucoup de choses. Ce qui m’a intéressé c’est de découvrir ces années 50 dans Londres lorsque la pilule n’existait pas, les gens avaient peur des hôpitaux, les nonnes venaient vous soigner, la peur des workhouses ( sorte d’entrepôt/foyer que les pauvres voyaient comme dernier recours pour être logés et nourris mais dans des conditions difficiles, devant travailler en échange de tout cela mais surtout, être séparés de leur famille pour ne plus jamais les revoir) et ainsi de découvrir un peu plus sur mon pays d’adoption.

J’ai été fascinée par toutes ces petites histoires à la chaine. Entre la femme qui a 25 enfants (oui oui vous avez bien lu!), la prostitution, les autres sages-femmes, ect.

Les personnages étaient vraiment vivants et m’ont profondément touchés. Mme Jenkins en particulier. Une histoire à vous briser le cœur, j’en avais les larmes aux yeux. Jennifer elle même, on la découvre petit à petit même si des passages de sa vie restent dans l’ombre et on voudrait en savoir plus. Elle est un peu prétentieuse par moment mais qui ne l’est pas à cet âge la. Puis la vie, ses expériences, ses supérieures la font redescendre sur terre.

Je ne m’attendais pas à rire mais certains passages sont vraiment amusants. Par contre, âmes sensibles s’abstenir car certains détails ne sont pas à lire comme moi au moment de déjeuner ou tôt le matin : entre les descriptions d’odeurs de gens qui ne se lavent pas (parce qu’ils n’avaient pas de salle de bain ou même l’eau courante), les secrétions et tout, il y a plusieurs fois où je lisais en faisant la grimace!

Et enfin j’ai été choquée bien sur par les conditions de vie. Ce qui m’a fait m’interroger sur la France car finalement, je n’ai aucune idée de ce qu’étaient les années 50 en France dans les quartiers pauvres. Sans doute la même chose. Entre le baby boom et l’après guerre.

Jennifer Worth parle donc de son expérience et de l’évolution de la société, des mœurs, du langage (le langue que les anglais appellent Cockney réfère à l’est de Londres, langue généralement parlée par les pauvres même si c’est plus une langue qui est né d’un lieu géographique plus que du milieu social). Langage dont elle écrit tout un chapitre à la fin du livre sur la prononciation et la difficulté de le transcrire.

L’auteur nous dit par exemple qu’à cette époque, tous les gens du quartier connaissaient les sages-femmes et les respectaient. Qu’elles aillent voir une patiente la nuit, à n’importe quelle heure, elles étaient en sécurité car personne n’aurait osé les embêter. Et cet aspect là m’a beaucoup interpellé. Je regrette qu’aujourd’hui on ai perdu ce respect des professions. Aujourd’hui si vous disiez à votre agresseur “je suis sage-femme”, il y a de grande chances qu’il vous réponde que ça lui fait une belle jambe (on imagine ici la réponse polie bien sûr). Et je dirais même qu’en France par rapport à l’Angleterre, le changement est sans doute encore plus frappant puisque les gens en uniforme ne font plus peur à personne. Il n’y a plus de respect, plus de distinction. Police, profs, médecins et j’en passe…Je ne veux pas peindre le tableau tout en noir mais l’évolution parfois entraine la perte de certaines valeurs et je trouve cela dommage.

D’autre part, elle décrit certaines condition de vie difficiles pour les gens du quartier mais elle dit bien qu’ils étaient heureux. Lorsque le gouvernement a voulu leur donner un autre endroit où vivre avec de meilleures conditions des années plus tard, elle raconte bien qu’ils ne voulaient pas. Alors oui, on peut voir aussi le fait qu’à cette époque, on sortait de la guerre alors les gens étaient déjà contents d’être en vie.  Mais quel contraste avec la société d’aujourd’hui qui veut toujours plus, passe son temps à râler (et je m’inclus dans le lot là…)! C’est un livre qui rappelle à la réalité et qui nous fait dire que vraiment, on est pas si mal lotis alors arrêtons de nous plaindre…enfin, moi.

En conclusion je suis contente d’avoir attendu pour lire ce livre. Je l’ai trouve très intéressant et passionnant alors que je ne pensais pas que j’allais être autant emballée. La bonne nouvelle également c’est qu’il y a 4 livres en tout de cette série. J’attendrais tout de même un peu avant de lire le deuxième tome. Les autres n’ont pas encore été publiés en France je crois et le premier tome n’est qu’en grand format pour l’instant. Cela dit, c’est une lecture que je conseille à tout le monde. A savoir, il y a un lexique à la fin pour expliquer aux gens comme moi qui ne connaissent pas tous les termes médicaux.

Call the midwife by Jennifer Worth

My liking :

Really liked it a lot. Nearly a favorite.

The story in short:

Autobiography of Jennifer Worth (born Lee) when she was a midwife in the East End of London in the 1950’s.

Jennifer is 23 ans she works hard all day between going to see patients, pre nat checks, …

She takes us in those districts where 10 people live in a 2 bedroom flat, toilets per floor outside, all this tinted with fog, docks and Cockney.

My opinion :

English people, you must have heard of it between bookshops and the BBC serie.

I present you here a book very different from my usual reads. I liked it a lot.I had in my pile to read for ages bu you know how it works, I was waiting for the good time to read it and then some other books seem to call me (yes, calling me. Don’t your book talk to you too?). It is not a book you read for entertainment (even if it was funny in places). I learned a lot with it and especially about life in London in the 50’s when pill didn’t exist, people were afraid of hospital, workhouse (I learned what a workhouse was) and discover a bit more about the country that adopted me.

I was fascinated by all those little stories about patients, people she worked with. From the woman who had 25 kids (yes, you read it alright, 25!!), prostitution, other midwifes…

I found the characters very living and moving. Mrs Jenkins in particular. Oh god, such a
sad story, heartbreaking. I wanted to cry reading it. We discover Jennifer herself even if some part of her past are still not clear and we would like to know more. She is a bit pretentious sometimes but who isn’t at her age. Then life, her experiences, her superiors get her down to earth.

I didn’t expect to laugh in this book but it is funny in places. But I must warn sensitive people because some moments are not to read like me early morning or at lunch time as some details such as smelly people (because they didn’t have bathroom)or vaginal discharges, there has been a few times when I was a bit disgusted if I’m honest.

And finally I have been shocked by living conditions. That made me think that I know nothing of living conditions in France at that time. Probably the same between the baby boom and the after war.

Jennifer Worth talks about her experience and evolution of the society, lifestyles, language (cockney that is more down to the area than the social background even if it was more poor people who spoke Cockney). Language that she explains in a chapter at the end with the pronounciation and the difficulty of writing it.

The author tells us for example that at the time, people in the neighborhood all knew the midwifes and respected them. That going to see a patient at whatever hour wasn’t a problem because they were too respected to be troubled by anyone. And this aspect of things made startled me. I regret that nowadays we lost the respect for a lot of professions. Today if you were attacked and were to say ” I am a midwife”, there are many chances that the guy gonna tell you “so what?” (we imagine here the polite whay to say I don’t give a s…). And i would go further in saying that France compare to England has a lot to learn as here, there is more respect for people in uniform. In France it seems that there is no more respect, no more distinction. Cops, teachers, doctors and so on…I don’t want to see the dark side of things but with evolution, goes sometimes the loss of some values and I think it’s a shame.

She also describes as I said living conditions that were hard but she says they were happy. She says that when the government wanted to place families in better flats they didn’t want to. So alright we can see that probably at the time people felt already lucky to be alive after the war but what a contrast with nowadays! Today we want always more, moan all the time ( and I am concerned as well as a professional moaner)! It is a book that brings us back to reality and make us realise that in the end, we are not that bad.

In conclusion I am really glad I read this book. I thought it was very interesting and exciting. I didn’t think I would be so thrilled about it. The good news it that there are 3 other books even if I’ll wait a bit before reading the following one. To know as well that there is a little sum up at the end for technical vocabulary which is very useful for someone like me who doesn’t know all the medical terms.

Advertisements

10 thoughts on “Call the midwife by Jennifer Worth

  1. Je pense que parfois ça peut faire du bie de lire des livres qui nous font redescendre un minimum sur terre et qui nous rappelle que pour en arriver la aujourd’hui certaine personne ont du en baver dans le passé!

    • Oui tout à fait! D’ailleurs, je devais être dans cet état d’esprit parce que dans le même genre redescends-sur-terre-t’as-pas-à-te-plaindre, j’ai fini les enfants de la liberté de Marc Lévy (revue à venir) et là la claque quoi.
      Pour Call the midwife bon c’est pas du tout le même sujet et ça plait peut être moins mais c’est tout de même très intéressant. C’est vrai qu’aujourd’hui on prend ça comme naturel et normal d’avoir un hôpital où accoucher ou quelqu’un à la maison mais en fait, dans le livre, elle explique que des médecins ont du batailler pour faire reconnaitre l’obstétrique comme spécialité et que des formations pour sages-femmes naissent de là.

  2. Ce témoignage m’intéresse beaucoup! On doit effectivement apprendre une foule de chose. J’ai lu récemment un polar qui se passait dans la Grande-Bretagne juste après la guerre. C’est une période moins évoquée que la guerre elle-même et pourtant tellement riche!

  3. Merci pour ton conseil.
    J’ai une copine qui a accouché en Angleterre et visiblement c’est très diffèrent des hôpitaux français mais je pense que les sages femmes anglaises sont tout aussi formidables que les sages femmes françaises. Alors je pense qu’il va me plaire…

    • Oui l’epoque a changee pour les deux pays (heureusement par certains cotes) et meme si moi justement apres avoir eu quelques amies qui ont accouche ici aussi, ca me fait un peu peur…(le cote accouche vite qu’on libere le lit), ce recit de Jennifer Worth est passionnant. C’est pour ca que j’ai pense a ce livre en lisant tes reponses 😉 j’ai hate de savoir ce que tu en as pense!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s