Le confident d’Hélène Grémillon

SCROLL DOWN THE PAGE FOR ENGLISH VERSION!!

Pages: 311

Lu en /Read in: Français/French

Langue originale/Original language: Français/French

Titre en anglais/English title : the confidant

Obtenu/Got: acheté en France

English cover :

imagesCAT8TGD4

Mon appréciation :

Beaucoup aimé. C’est un coup de cœur. Court mais riche en événements.

L’histoire en bref:

Camille a 35 ans, est éditrice et vient de perdre sa mère. Rien ne préparé à perdre une mère, surtout quand elle ne pourra pas voir grandit son petit enfant. Camille est enceinte, elle n’a plus tout son temps devant elle et veut garder le bébé, père présent ou pas.

Parmi les lettres de condoléances, elle remarque une plus grosse que les autres, qui lui est adressée mais où il n’y a ni expéditeur, ni signature. Le contenu de la lettre parle d’un certain Louis et de sa rencontre avec une Annie lorsqu’ils sont jeunes.

Croyant tout d’abord à une erreur, puis à un écrivain culotté qui lui écrirait chez elle, Camille ne s’inquiète pas (trop). Puis, au fur et à mesure des lettres qui arrivent tous les mardis, sa gorge se serre au moment où elle comprend les similitudes entre les lettres et sa propre vie.

Mon avis :

Français, anglais, lisez le. Ce livre m’a laissée toute retournée, sans parler de la fin, qui pour parler le jeune, m’a mise sur le c…

C’est une terrible confession que Camille reçoit dans un récit à presque trois voix (une étant racontée par la première), où l’on découvre les événements sous toutes les coutures. On dit souvent que dans une histoire, on n’entend qu’un seul son de cloche. Ici, c’est bel et bien l’ensemble du carillon que vous entendez. Et c’est avec horreur que vous apprenez la vérité en même temps que Camille.

Ce roman est terrible dans les faits, dans l’époque. Situé au moment de la II guerre mondiale et dans les années 70 lorsque Camille le lit, on sait que la douleur est intemporelle.  L’auteur n’a pas choisi par hasard la période de la guerre, rien n’est gratuit et rien n’est dit dans le vent.

J’ai parfois eu du mal avec la grossièreté de Camille ( étant pourtant moi même assez grossière) qui tranche tellement avec le récit de Louis. Mais je pense que c’est justement pour faire contraste et accentuer l’impact d’une confession qui semble loin dans le temps.

A travers ce livre je n’ai pu que remercier le fait d’être née dans les années 80 et de bénéficier d’une meilleure médecine que celle décrite dans le livre ainsi que la chance de vivre dans une société où avoir des enfants est un choix. Merci à mes parents. C’était vraiment terrible de lire jusqu’où pouvait aller une femme, ce qu’elle devait s’infliger pour pouvoir être “fertile” tellement la pression de la société et du contexte économique était forts.

Cela m’a rappelé un cours que j’avais suivit dans mon année d’histoire de l’art où notre prof nous avait expliqué comment, au moyen age l’église qui se mêlait de tout dictait les positions sexuelles autorisées, les moments où le sexe était prohibé comme au moment de l’allaitement, la femme était considérée comme impure donc pas de sexe (relations sexuelles de toutes les façons n’étaient pas pour le “plaisir” à ce moment là car détournerait de la foi), ect…

Depuis des siècles les femmes ont du se battre pour s’élever au même rang que les hommes. Et on sait pourtant encore qu’au jour d’aujourd’hui, en Europe, il y a encore des disparités dans le secteur de l’emploi par exemple. Mais il y a des points sur lesquels une femme a le pouvoir de décision que notre société accepte. On n’attend plus des femmes d’être mariées à tel age ou d’avoir un enfant sans être mariée ou encore d’avoir des enfants tout court. Et Camille en est justement l’exemple parfait, montrant l’évolution de la société en trente ans.

On peut se demander également, pourquoi tout avouer, pourquoi vouloir se confesser (pas dans un sens religieux) et déverser ainsi la vérité sur quelqu’un d’autre plutôt que d’assumer et de garder pour soi. Est-ce par culpabilité? Est ce pour se faire pardonner par autrui car on n’arrive pas à se pardonner soi-même? Toutes les vérités sont-elles bonnes a dire?

En conclusion c’est un livre bien écrit qui m’a bouleversée je crois et qui restera longtemps avec moi.

Lisez le!

p17 “l’ennui est le meilleur terreau de l’imagination”

p 25 “la vie c’est dépendre des caprices de son corps”

p 35 “ce ne sont pas les autres qui nous infligent les pires déceptions, mais le choc entre la réalité et les emballements de notre imagination”

p 44 ” L’amour est un principe mystérieux, le désamour plus encore, on arrive à savoir pourquoi on aime, jamais vraiment pourquoi on n’aime plus.”

p 182 “les confidences sont une marque d’amour ou d’amitié à manier avec dextérité. Tout le monde n’est pas prêt à les recevoir, un enfant encore moins que quiconque.”

The Confidant by Hélène Grémillon

My liking:

Liked a lot. One of my favortie this year. Short but full in events.

The story in short :

Camille is 35, she is an editor and just lost her mum. Nothing prepares you for
the death of your mum, especially when she won’t be there to see her grandchild.
Camille is pregnant, doesn’t have all the time in her life to be a mum and decides
to keep it, the father there or not.

Among the condoleances letters, she notices one bigger than the others, addressed to her
but with no sender neither a signature. The content of the letter is about a
Louis and his meeting with a Annie when they are young.

Thinking at first that this is a mistake, then that is a author with a lot of cheek
to send her his work at her home address, Camille is not too worried.
But then the letters arriving every tuesday, a lump forms in her throat when she realised
the story is not that far from her.

My opinion:

French people, english peolple, read it. This book has left me in shock, without even mentioning the end that left me on my a…

It is a terrible confession Camille gets in a story of nearly three voices. We often say that we only get one side of the story. Here, it is every sides that you get. And it is with horror that you learn the truth at the same time as Camille.

This novel is terrible in the facts, in the time it is set. Situated in the second world war and in the 70’s when Camille reads it, we know that pain it timeless. The author didn’t choose war time for free, everything is planed and nothing is said without meaning.

I had trouble sometimes with Camille’s swearing (although I do swear a lot myself) that change so much compare to Louis’ way of speaking. But I think it was made on purpose to accentuate the impact of the confession that seems farther away in time.

Through the book, I could only thank for being born in the 80’s and to beneficiate of a better medecine than in the book ans also the fact of being in the nowadays society where having a child is not a must do. It was so terrible to read how far women where prepared to go and do things in order to be “fertile” so pressured they where by the society and the economical context.

It reminded me a class I followed on my history of art uni year where a teacher told us that how in the middle age, church was so ubiquitous that they dictated the sexual postures that was allowed, when to have sex relations like for example, woman breast feeding were considered as impure so no sex (at that time anyway, sexe wasn’t done for “pleasure” because it would have divert from the faith), ect…

For centuries women had to fight to raise to the same level as men. And we know that still nowadays there are still some disparities in the job field for example. But there are some points on which a woman can decide, has the right to get married whenever she wants and not at this or that age, to have a child without being married and being married or having
children or not. The society accepts this. And Camille is indeed the perfect example of 30 years of evolution.

We can wonder as well, why telling everything, why confessing (not in the religious way)
and give to the other one the burden of the truth rather than assuming and keeping for oneself. Is it by guilt? Is it to be forgiven when we can forgive ourselves? Is all the truth worth being said?

In conclusion, it is a really good book, well written that shaked me and I think it will stay a long time within me.

Read it!

Advertisements

8 thoughts on “Le confident d’Hélène Grémillon

    • Yes I finished it two days ago and still think about it. Well, it is for the best if it’s in Dutch and English so once read you can write on it in your blog! I am glad this book appeals to you, it is indeed very good. Enjoy! Let me know when you read it!

  1. Je n’ai pas lu Le confident (qui m’a l’air très bien!) mais je viens de finir son deuxième roman, (qui vient de sortir) : La garçonnière. J’en parlerai bientôt sur mon blog. J’ai beaucoup aimé.

    • Oh oui j’avais vu que son deuxieme roman etait sorti. J’irais voir ta revue alors! J’avais bien aime le style du livre et le style d’ecriture de l’auteur alors si le deuxieme est aussi bien ecrit tant mieux!Merci, je l’ajoute a ma liste a lire!

    • Well for me it has been certainly a great read. And since you can read in french, why not! Because I read some english reviews on it and some where saying that the english version wasnùt always clear and they didn’t know if it was down to the book itself or the translation. And yeah, you are right, so many great books!!

  2. En voilà encore un qui est encensé par la blogosphère et qui traine dans ma bibliothèque et que je lirai cette année car je l’ai fair entrer dans le cadre d’un challenge… J’ai hâte !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s