mon paradoxe des vacances/ my holidays’ paradox

SCROLL DOWN THE PAGE FOR ENGLISH VERSION!!

Ah les vacances, farniente sous le soleil ou visites à gogo, comme vous les préférez.

Pour beaucoup, c’est l’occasion de rattraper le temps sur les lectures en emportant 4 livres serrés dans la valise entre crème solaire et serviette de plage.

Pour moi les vacances depuis que je lis dans le train? Les vacances sont un repos de livre. Tout comme les weekends où je n’ai généralement pas le temps de lire. Quoi?!!! Mais comment ose-t-elle!!!elle qui soit disant adore lire? Amatrice!! Usurpatrice!!!

Non non ne m’accablez pas! Voila ce qui se passe mes chers amis. Sur ces dernières années, j’ai observé qu’en partant en vacances, j’emporte toujours au minimum un livre, voire deux. Mais voilà qu’une fois en vacances, j’ouvre le livre, lis quelques pages et le referme. Ça ne va pas. Je n’arrive pas à rentrer dans l’histoire, je ne suis pas concentrée. Y a trop de bruit ou pas assez, les mots n’ont pas de sens. Ou pire, je me suis trompée de moment en faisant le mauvais choix de livre pour les vacances. Alors qu’est-ce qui m’arrive? C’est grave docteur?

Ce que j’en pense, c’est que la plupart des gens qui lisent un peu pendant l’année et voudrait lire plus profite des vacances pour se rattraper. Sauf que pour quelqu’un qui lit toute l’année en moyenne un livre par semaine, des vacances c’est quoi? C’est s’éloigner du quotidien et il semblerait que mon cerveau me dise “stop, repose toi”(oui mon cerveau et moi communiquons comme ça, je le tutoie, il me tutoie, on s’entend bien généralement). C’est ma théorie sur mon paradoxe des vacances (et ce n’est que le mien, ce n’est pas valable pour tout le monde!).  Alors comme je vous le disais, ça dépend aussi de quel type de vacances il s’agit. On ne part pas à l’autre bout du monde se plonger dans une culture inconnue pour ne pas lever le nez de son bouquin. Ou encore être en vacances en groupe et faire l’autiste dans son coin qui veut absolument terminer son chapitre. Du moins, ce n’est pas comme cela que je procède.

Et mes vacances ces temps ci, c’est exactement ça. Visites, vacances en groupe, vacances avec des enfants = lecture impossible, pas le temps, pas la tête à ça.

Mais ne vous en faites pas, ça ne me dérange pas en fait, c’est vrai que ça fait du bien de se reposer des livres parfois même si on les adore.

Et vous, vos vacances?

My holidays’ paradox

Aaa, holidays, farniente under the sun or visiting like mad, as you like and prefer them.

For many of you, it is the opportunity to catch up with the reading packing in your suitcase 4 books in between sun screen and beach towel.

My holidays since I read in the train? My holidays are a resting moment from books.
Like on week ends where I generaly never have the time to read. What?!!!!How dare she!!! She who supposedly loves reading?Amateur!!!Usurper!!!

No non, don’t you start on me! This is the thing dear friends. Those last years, I observed that in going on holiday, I take usually at least one or two books. But once on holidays, I open the book, read few pages and close it. It is not right. I can’t get into it, I am not focused enough. There is too much noise or not enough, words don’t make sense. Or worse, I mixed up with the moment in taking the wrong book for my frame of mind. So what is happening to me? Is that serious doc’?

This is what I think. Most of the people don’t read a lot during the year because they don’t have the time so on holidays they catch up. But for me who read the whole year in average one book a week, what are holidays? It is to get a leave on the daily and it seems my brain tells me “stop, have a rest now”(yes, I communicate with my brain, we are quite close to each other and get on well generally). This is my holidays’ paradox and probably only mine.
So, as I was saying earlier, it depends as well on the type of holidays. You don’t go on the other side of the planet getting in contact with another culture to stay the nose in your book. Or being on holiday with friends and doing the autistic in a corner saying that you absolutely want to finish your chapter. Well, at least, this is not how I see those holidays.
And lately my holidays were exactly like that. Visiting, group holiday with friends,
holidays with kids = impossible to read, no time for that, not the good frame of mind.

But don’t you worry for me, I don’t mind, in fact it is true that it is nice as well to have a rest regarding book, even when you love them.

And you your holidays?

Advertisements

2 thoughts on “mon paradoxe des vacances/ my holidays’ paradox

  1. Tu me rassures! Moi non plus en vacances je ne lis pas beaucoup… Cette année j’ai énormément lu pendant l’hivers et le printemps, une fois en été … Impossible de me concentré, je ne lisais que des livres très court ou qui ont un rapport certain avec mes avances sinon, je n’arrivais pas me concentrer et j’ai finis par lire pas mal des livres que j’avais acheté n ce mois de septembre au final !

    • oui je me suis appercue qu’on est pas les seules a avoir ce phenomene pendant les vacances. C’est peut etre surtout vrai pour les gens qui lisent beaucoup le reste de l’annee? Et puis cet ete ( en france et moi en angleterre) on l’a attendu pendant tellement longtemps que je crois qu’on a tous voulu profiter du temps aussi.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s