Lolita by Vladimir Nabokov

SCROLL DOWN THE PAGE FOR ENGLISH VERSION!!

Pages :317

Lu en/Read in : Anglais/English

Langue d’origine/Original Language: Anglais/English

Obtenu/Got: Acheté sur Amazon/Bought on Amazon

Fiche oh combien difficile.

Mon appréciation :

Je n’ai pas trop aimé ou apprécié mais ne me sautez pas dessus avant de lire pourquoi. Lecture difficile par le thème, déjantée mais bien écrit. Alors malgré mon opinion, je vous le recommande car c’est un livre qui a fait parler et fait toujours parler de lui et pour cela, il faut vous former votre propre avis.

L’histoire en bref:

Humbert Humbert a vécu en Europe presque toute sa vie. A toujours eu une attirance pour ce qu’il appelle les nymphettes (fille entre 9 et 14 ans) depuis que son amour de jeunesse meurt tragiquement lorsqu’ils avaient 13 ans. Lorsqu’il a la vingtaine, il se décide à se ranger et se marie. Ça tourne mal et il finit par aller vivre aux États-Unis lorsqu’il a la trentaine où il va tomber sur la fille de sa logeuse, Dolorès/Do/ Lolita, 12 ans.

Il essaye de se consoler pendant longtemps en expliquant que dans certaines civilisations, une relation avec une jeune enfant est permise, que c’est normal puis il va ensuite s’appeler lui même le diable, gouverné par ses désirs. Il décide finalement que le mieux est d’y succomber. Alors il échafaude tous les plans possible pour se débarrasser de la mère, et il y arrivera.

J’en reste la pour le résumé pour vous laisser un peu de suspens pour ceux qui veulent lire ce livre si connu.

Mon avis :

Mis à part le fait que pendant toute la durée du livre, à chaque fois que je voyais le nom “lolita” j’entendais Alizee chanter “c’est pas ma foteuh, si j’entends tout autour de moua” haaaaaa au secours!! Voila, rien que d’y repenser, c’est reparti pour un tour!

Plus sérieusement, ça a été une lecture difficile pour moi. De par le thème, et de par l’écriture. J’ai trouvé beaucoup de passages très long où Humbert se perd dans ses pensées et il me perdait souvent avec lui.

D’autre part, ce qui est étrange, c’est que lorsque je lis les critiques sur ce livre, je suis en général d’accord avec eux, sauf sur le point du chef d’œuvre. J’avoue que je regrette de l’avoir lu en anglais. Bien que ce livre est été écrit en anglais par un russe ( il me reste du travail!) et que visiblement, il manie parfaitement la langue anglaise, je pense que j’ai perdu beaucoup de subtilités de la langue justement parce que je ne comprenais pas tout et que c’est d’un tout autre niveau que les livres anglais que je lis habituellement. Alors pour cela, je l’ai mis dans les inclassables. Car si je ne me base que sur mon ressenti pendant le livre, je l’aurais mis dans les ça va ça passe voir pas aimé. J’ai saisi et ai été amusée par certains passages, observé la finesse de la prose, mais mon niveau de compréhension n’était pas à la hauteur du livre sans doute. Ça m’est arrivé précédemment avec des auteurs classiques anglais.

Toute cette dualité de Humbert Humbert était pour moi, un peu lassante. Le pauvre homme qui ne sait pas quoi faire de ses désirs et de ses démons qui, pauvre de lui a été séduit par une jeune nymphette, si grand son pouvoir du haut de ses 12 ans. Il est odieux, manipulateur, fait du chantage, pervers, menace, est complétement fou (et la dessus, je suis d’accord avec les critiques), essaye d’attendrir le lecteur en lui disant que finalement, c’est pas sa faute à lui mais a elle!Cette vicieuse enfant. La victime, c’est lui! Et en même temps, il se décrit comme pervers et malade dans sa tête d’avoir des pensées impures. Il passe son temps à se justifier, justifier ses actes. A d’autres! Le lecteur n’est pas dupe.

Alors tout ça, j’avoue que ça m’a fatiguée. Ça ressemblait trop parfois à ce qui se passe dans ma tête lorsque j’ai un problème ou que je culpabilise pour quelque chose, de voir sans arrêt les deux cotes de l’histoire “oui j’ai bien fait. Oui mais en même temps non parce que”. En général, dans ces moments, je m’auto-saoule. Alors lire un livre comme ça…

Le thème, je pense que tout le monde s’accorde à se dire qu’il est difficile. D’autant plus que le vice est pousse lorsque Humbert devient à la fois père et amant de Lolita. Encore une fois on retrouve une dualité perverse.

Certaines critiques disent que Nabokov nous fait plaindre son personnage et que l’on éprouve de la sympathie. Pas pour moi! Mais alors pas du tout. Je ne pense pas que le lecteur sympathise. Humbert essaye de plaider sa cause mais il est et reste un pédophile. Et encore une fois, je pense que le lecteur n’est pas dupe.

Maintenant j’essaye vraiment de comprendre ce qui fait de ce livre un chef d’œuvre. Certains vont sans doute se dire “mais elle n’a rien compris la pauvr’fille!”. Dans l’ensemble les gens s’accordent à dire que le sujet est horrible mais que c’est la finesse de Nabokov et sa prose qui lève ce livre a un rang supérieur. Est ce que je m’attache trop a l’histoire, au thème? Sans doute. Et je pense que ce livre a été sujet à controverse à son époque, et le restera. Un tel livre aura toujours des avis partagés. J’ai une amie qui l’a lu et qui l’a trouvé vraiment génial  (elle l’a lu en français). Alors je vous conseille de le lire dans votre langue si vous ne maitrisez pas absolument parfaitement l’anglais, sinon vous allez perdre beaucoup de choses en route comme moi. Mais surtout, faites vous votre propre avis. Personne n’a tord ou raison. Pour ma part, soit j’en reste là, soit je le classe pour moi même dans les “peut être à relire plus tard en français”.

p 265 ” we expect our friends to follow this or that logical and conventional pattern we have fixed for them. We have it all arrange in our minds, and the less often we see a particular person the more satisfying it is so to check how obediently he conforms to our notion of him every time we hear of him. Any deviation in the fates we have ordained would strike us as not only anomalous but unethical.

Lolita, light of my life, fire of my loins

Lolita by Vladimir Nabokov

Review oh so difficult.

My opinion :

Didn’t really liked it or appreciated it but don’t jump on me before you read my review and why I think that. Difficult read by the theme of it, mad but very well written. So despite what I think, I would advise it to you because it is such a famous book that you should make you own opinion about it.

The story in short:
Humbert Humbert lived most of his life in europe. He always had been attracted by what he calls nymphets (girl between 9 to 14 years old) since his young first love died tragically when they were about 13. At 20, he decides to settle down and gets married. It doesn’t end up well and he ends up going to live in the United States in his thirties and meets his lodger’s daughter, Dolores/Do/Lolita, 12.

He tries to reassure himself for a long time in thinking of the civilisations where being with a young girl is permitted or accepted, that he is normal but then he calls himself devil, governed by his lust.
He decides finally that it is better to succumb. So he starts to plan how to get rid of the mum, and he eventually succeed.

I finish there for the story in short to leave you the rest to discover.

My liking:

It had been a very difficult read. By the theme and the writting. I thought that some moments in the book were very long where Humbert is losing himself in his own thoughts and he often lost me with him.

On the other hand, what is strange is that when I read other reviews about it, I generally agree with them, except on the fact of beeing a masterpiece. I must admit that I regret to have read it in english. Although it was written in english by a russian writer knowing perfectly the english language (I have some work to do!), I think I lost a lot of subtilities because I didn’t understand everything and it is an other level of the books I am used to read in english. So this is why I have classified it as unclassable.
Because I base my rating only on my liking, it would have been in the “all right” to
“not at all”. I got and have been amused in some part, oberved the fine prose, but again,
my level wasn’t good enough I guess. It happenend to me in the past before with some
english classic author, I get often the lost of subtility.

All the duality of Humbert Humbert was, for me, a bit tiring. The poor man who doesn’t know what to do with his desire and his evil thoughts, him, poor guy who has been seduced by this young nymphet whith her big power from her 12 years old.
He is horrible, manipulate, black mail, threatens, pervert, completely mad (on this I agree with the critics), tries to move the reader in telling him that it is not his fault! The vicious kid, it is hers! He is the victim!And at the same time, he describes himself as a pervert, mentally ill for having such sullied thoughts. He spends his time justifying himself, justifying his acts. Tell someone else! The reader is not a fool!

So all this, I must say it tired me. It made me think too much of how it is in my head when I have a problem or I feel guilty for something, to have constantly the two sides of the story “yes, I did well, what was right. Yes but no, because…”and generally in those moments, I am even tired of myself so to read something like this…

The theme, I think everytone agrees that it is taboo. Even more when the vice is pushed
even further when Humbert becomes father and lover. And again, we find this perverse duality.

Some critics say that Nabokov try to make us feel sorry for Humbert. Not me! Not at all!I don’t think the reader sympathize. Humbert tries to plead his cause but again, the reader is not a fool.

Now I am trying hard to understand really hard what makes this book a masterpiece.
Some of you probably gonna think “she desn’t understand anything poor girl”.
Overall, people seems to agree that the subject of the book is horrible but the prose of the writer put this book on a superior level. Am I looking too much at the subject, at the story? Probably. And this book has been controversial in its time and still is.
Such a book will always have like and dislike reviews. A friend of mine read it and she
loved it (she read it in french).
So I advise you to read it in your own mother tongue, otherwise you might like me loose
the subtility if you don’t speak a perfect english. But most of all, make you own opinion on this book. No-one is right or wrong. Personnaly, I will either leave it like that or will re-read it later on in french.

p 265 ” we expect our friends to follow this or that logical and conventional pattern we have fixed for them. We have it all arrange in our minds, and the less often we see a particular person the more satisfying it is so to check how obediently he conforms to our notion of him every time we hear of him. Any deviation in the fates we have ordained would strike us as not only anomalous but unethical.

Lolita, light of my life, fire of my loins

Advertisements

2 thoughts on “Lolita by Vladimir Nabokov

  1. Une lecture difficile pour moi aussi… Il me saoulait aussi, ce H.H. de mes deux! Tu le prends en pitié, ce pauvre mec, mais il t’embrouille avec ses phrases à n’en plus finir et ses manières de gentleman… Pour moi la partie chef-d’oeuvre tient dans la maitrise des mots de l’auteur, le fait qu’on entre vraiment dans la tête d’un psychopathe. Et qu’onj arrive presque à le “comprendre”…

    • oui c’est tout a fait ca! Au debut tu te dis pauvre type et puis après qu’il nous ait fait un lavage de cerveau il nous enerve.
      Je pense que tu as raison, ca doit tenir de la maitrise des mots (meme si en VO je ne les avais pas tous compris) et de sa capacite a “rendre” le personage de H.H. Parce que bien que le titre soit Lolita, c’est plus a propos de lui et de ses pensees tordues.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s